Une introduction en bourse est un événement d’une grande importance pour une entreprise dans la mesure où elle témoigne d’une étape qui va faire basculer la société du domaine privé au domaine public. Véritable décision stratégique à part entière, cette démarche permet de pouvoir facilement et rapidement trouver des capitaux auprès des investisseurs par l’intermédiaire d’une levée de fonds publics. Si l’on prend l’exemple de la bourse de Paris, on avait vu au total 36 nouvelle entités avoir reçu l’accord de l’autorité des marchés financiers pour pouvoir organiser une introduction, ce qui représentait un chiffre très satisfaisant.

Le nombre d’introduction en baisse à la Bourse de Paris

En 2016, le chiffre a été nettement moins intéressant, étant donné que les entreprises qui ont franchi le pas de la capitalisation boursière ont été que de 24. Pour l’instant, au mois de juin 2017, elle n’était que seulement 13 sociétés avoir réalisé l’opération avec succès. Depuis environ une dizaine d’années, on constate qu’il y a un net déficit de la part des entreprises dans leur volonté de vouloir organiser une introduction boursière.

Des réussites pourtant encore à l’ordre du jour

Si l’on fait un historique des cotations boursières cinq dernières années, on constate que les deux plus grosses capitalisation boursières ont été réalisées en 2015 et en 2017 à travers les entreprises Amundi et ALD qui ont respectivement levé 7,5 et 6 milliards d’euros. On constate qu’il s’agit pour toutes les deux du secteur bancaire qui est effectivement l’un des secteurs les plus dynamiques concernant l’introduction boursière ces 10 dernières années. Cependant, le destin des deux entreprises en bourse n’a malheureusement pas été similaire étant donné que la filiale de la Société Générale a réussi à augmenter sa capitalisation de plus de la moitié quand l’autre entreprise a cédé nettement du terrain. Globalement, on note que la plupart des entreprises qui ont réalisé une introduction boursière cinq dernière années s’en sont plutôt bien sorties, avec quelques belles réussites comme par exemple Maisons du Monde avec 80 % de gain ou encore l’éditeur de jeux vidéo Focus Home.

Pourquoi une baisse des introductions ?

On peut donc se demander pourquoi le nombre d’introductions boursières est en baisse étant donné qu’il y encore quelques exemples de très belle réussite sur le Palais-Bourbon. En réalité, l’autorité des marchés financiers a considérablement restreint les conditions d’accès à la cotation parisienne si bien qu’il est de plus en plus difficile de se voir accepter son dossier et ainsi correspond aux critères de l’organisme français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *